Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 octobre 2009 5 30 /10 /octobre /2009 23:02

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2009 7 18 /10 /octobre /2009 18:37
A l'occasion de la semaine de la solidarité internationale,
le CSPT-35 est heureux de vous annoncer une
conférence de Claude B. Levenson,
organisée avec la collaboration de la Maison Internationale de Rennes.
 
Cette conférence, intitulée "TIBET, LA RESISTANCE AU COEUR" sera gratuite et se tiendra à 20h00, à l'auditorium de la Chambre des Métiers,
(métro Charles de Gaulle, côté rue de l'Alma) à Rennes
le samedi 14 novembre.

 

 

Claude B. Levenson
écrivain et journaliste, spécialiste de l’histoire et de la culture tibétaines

                                                                                                                                                                              LF

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2009 2 13 /10 /octobre /2009 21:20

Source : www.rtbf.be

...
Le prix Nobel de la paix a été décerné vendredi de manière inattendue au président Obama,
moins de neuf mois après sa prise de fonctions.
les réactions affluent de par le monde.


Le dalaï lama demande de se servir du Nobel pour la liberté  


Le dalaï lama a félicité vendredi le président américain Barack Obama pour son prix Nobel de la paix et lui a demandé de s'appuyer sur cette récompense pour encourager la liberté.

Le leader tibétain en exil, actuellement en visite à Washington, a envoyé une lettre de félicitations à la Maison Blanche, alors même que Barack Obama n'a pas souhaité le rencontrer au cours de sa visite d'une semaine dans la capitale fédérale américaine.


Le dalaï lama, qui a remporté la prestigieuse récompense en 1989, a dit à M.Obama que le comité Nobel avait "reconnu" sa "volonté de régler les conflits internationaux en s'appuyant sur la sagesse et la force du dialogue".

Il a aussi fait l'éloge de la volonté du président américain d'avancer dans le désarmement nucléaire et de protéger l'environnement.

"Je continue à affirmer que les pères fondateurs des Etats-Unis ont fait de ce pays la plus grande démocratie du monde et le défenseur de la liberté", a écrit le chef religieux.

"Il est donc important que les leaders américains fondent leur influence sur ces idéaux. Une telle approche ne va pas seulement mettre en valeur la réputation des Etats-Unis, mais va aussi formidablement contribuer à réduire les tensions dans le monde", a-t-il ajouté.


La Maison Blanche a annoncé mardi que M. Obama rencontrerait le chef spirituel tibétain avant la fin de l'année, démentant que l'administration américaine ait cédé aux pressions de la Chine en ne prévoyant une telle rencontre qu'après la visite de M. Obama à Pékin en novembre.

Le dalaï lama a assuré jeudi ne pas être "déçu" de ne pas rencontrer le président américain Barack Obama à l'occasion de sa visite à Washington.

Le leader tibétain a déjà rencontré M. Obama lorsque ce dernier était sénateur mais il n'a pas eu les honneurs de la Maison Blanche, où il s'est pourtant rendu depuis 1991 à chacune de ses visites à Washington.

                                                                                                                                         LF

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 21:14
Fin août, le Dalaï-lama s’est rendu à Taiwan, malgré les protestations de la République populaire de Chine. Il est actuellement en Amérique du Nord. Pourra-t-il rencontrer le président Barack Obama qui doit se rendre en Chine en novembre ? En Inde, le Karmapa rappelle la situation préoccupante du peuple tibétain et de sa culture menacée. « Yes we can », le slogan de campagne d’Obama peut-il inciter le président américain au courage d’une rencontre devant l’urgence requise pour le Tibet ?
 
Le Dalaï-lama s’est rendu fin août à Taiwan. Si sa visite avait un caractère religieux, il a eu l’occasion de soutenir la démocratie en affirmant : « Vous appréciez la démocratie, vous devez la préserver. Je dis à mes amis, peu importe le parti (auquel vous appartenez). Je me consacre moi-même totalement à la promotion de la démocratie ». L’année 2009 est celle d’anniversaires sensibles pour la Chine, comme la commémoration du 20ème anniversaire du mouvement étudiant pour la démocratie de la place Tian’anmen. Le Dalaï-lama avait exprimé son soutien et son émotion en 1989, et le 4 juin 2009, il déclarait dans un message de soutien aux démocrates chinois : « Les étudiants impliqués dans le mouvement de la place Tian’anmen n’étaient ni anti-communistes, ni anti-socialistes. Leur prise de parole pour défendre les droits constitutionnels populaires chinois, en faveur de la démocratie et leur prise de position contre la corruption se conformaient tout à fait aux idéaux implicites du gouvernement communiste chinois. Ceci a été exprimé en confidence par le chef du Parti d’alors, Zhao Ziyang. Par conséquent, l’imminent 60ème anniversaire de la République populaire de Chine constitue l’occasion de revenir sur les événements du 4 juin 1989. »

Il semble que ce nouvel anniversaire sensible va coïncider avec la visite du Dalaï-lama aux USA et peut-être dans l’éventualité d’une rencontre avec Barack Obama, des conseillers du président américain se sont rendus à Dharamsala, en Inde, où se trouve le siège du gouvernement tibétain en exil. Certains s’inquiètent qu’une telle rencontre suscite la colère de Pékin, et ne rende impossible les espoirs du président américain, qui doit effectuer son premier voyage à Pékin en novembre, dans le but de raffermir les liens entre les Etats-Unis et la Chine. A Dharamsala, le premier ministre tibétain Samdhong Rinpoché a déclaré : « De nombreuses nations adoptent une politique de conciliation. Même le gouvernement des Etats-Unis pratique cette politique d’apaisement. Aujourd’hui, les préoccupations économiques sont bien plus grandes que d’autres préoccupations ». 

Dans le même temps, on apprend que des incursions de l’armée chinoise se seraient produites à la frontière indienne, et que 50 000 soldats chinois se trouveraient au Tibet. Le responsable de la Sécurité Nationale Indienne demande une réunion à ce sujet. La Chine s’oppose aussi à une prochaine visite du Dalaï-lama en Arunachal Pradesh, territoire à frontière sino-indienne qu’elle revendique. Le Dalaï-lama doit en effet visiter début novembre l’État d’Arunachal Pradesh, une zone du nord-est de l’Inde revendiquée par la Chine qui avait été l’un des enjeux de la guerre sino-indienne de 1962. Un journaliste a récemment interviewé le Karmapa qui s’est enfuit du Tibet il y a près de 10 ans. Il lui demandait notamment si les échanges entre l’Inde et la Chine étaient suffisamment diplomatiques. Le Karmapa répondit avec un trésor de diplomatie : « Bien sûr, je ne peux parler dans la perspective d’un politicien qui serait actif dans ces communications. Bien sûr, le gouvernement de chaque pays a ses propres intérêts dans les discussions en cours. Ils font ce qu’ils peuvent pour faire avancer leurs propres intérêts. Je ne peux commenter ce que pourraient être ces intérêts. Mais si je devais faire quelques observations et suppositions de mon propre angle de vue, il me semble que le gouvernement chinois agit un peu délibérément par des tentatives visant à irriter légèrement le gouvernement de l’Inde. A cause de ceci, la relation de voisinage a un peu souffert. L’Inde a toujours été un pays relativement pacifique, un pays qui a toujours eu un dossier raisonnablement bon de valorisation de la paix, l’Inde ne semble pas intéressée à poursuivre aucun type de conflit, cependant, l’Inde est un pays émergeant du monde et peut-être le gouvernement chinois sent quelque type d’impulsion visant à émousser cette émergence d’une manière ou d’une autre. Peut-être est-ce cela qui cause certaines des choses que nous voyons aujourd’hui. » 

Dans cette même interview, le Karmapa affirme aussi soutenir la voie médiane du Dalaï-lama visant à une solution mutuellement bénéfique pour le gouvernement chinois et le peuple tibétain. Il affirme aussi que la préservation à long terme de la culture tibétaine ne pourra se faire qu’à l’intérieur du Tibet, et pour cette raison, la situation est terriblement préoccupante, cette culture risquant de disparaître de façon irrémédiable. Il ajoute que le monde devrait y prêter plus d’attention, et agir rapidement. 

Dans ce contexte de tension et d’urgence, le président Obama serait sans doute bien conseillé de rencontrer dès à présent le Dalaï-lama alors que ce dernier vient d’arriver en Amérique du nord pour une visite qui le mènera successivement à Memphis dans le Tennessee, au Canada, puis à New York et à Washington. 

En France, Ségolène Royal avait rencontré le Dalaï-lama lors de son passage en France en août 2008, une visite qui coïncidait avec les Jeux olympiques de Pékin. Quelques mois plus tard, en décembre 2008, le président Nicolas Sarkozy, le rencontrait lui aussi, à l’occasion du 60e anniversaire de la déclaration universelle des droits de l’homme. D’autres dirigeants européens comme Angela Merkel avaient aussi rencontré le Dalaï-lama. Certes, la Chine a toujours protesté, rendant plus explicite le courage des dirigeants qui osent rencontrer le Dalaï-lama. 

Aussi, maintenant plus que jamais, pensons à l’urgence de la situation du peuple tibétain avec,
pour le Tibet, ce slogan en tête : « Yes we can ».

Source : Agoravox / France-Tibet Ile-de-France                                                                                                   LF
Partager cet article
Repost0
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 21:05

SUSPENSION DES PERMIS D'ENTRÉE

Les permis nécessaires pour accéder à la région sont suspendus jusqu'au 8 octobre.

La Chine empêche les étrangers d'entrer au Tibet pendant les deux semaines encadrant le 1er octobre, date des 60 ans de l'instauration du régime communiste, a annoncé mardi un responsable du tourisme et des voyagistes.

Les permis, nécessaires pour se rendre dans cette région de l'ouest chinois, "seront suspendus du 24 septembre au 8 octobre. Il y a eu un avis du Bureau du tourisme du Tibet", qui ne donnait pas plus de détails sur la décision ou ses motivations, a indiqué une employée des autorités touristiques de Lhasa, la capitale régionale.

Les autorités régionales ont refusé de faire des commentaires mais plusieurs agents de voyage ont affirmé que la suspension était déjà effective. "Cela a commencé lundi (...) Les permis sont suspendus jusqu'au 8 octobre", a déclaré une employée de l'agence Tibet Youth Travel Service.

Ce n'est pas la première fois que la Chine interdit aux étrangers l'accès à la région himalayenne. Elle avait par exemple pris une mesure similaire après les meurtrières émeutes antichinoises qui ont endeuillé Lhassa en mars 2008, puis douze mois plus tard, pour le 50e anniversaire d'un soulèvement raté contre le pouvoir de Pékin, qui s'est soldé par la fuite en exil du dalaï lama, chef spirituel des Tibétains.

Les préparatifs du 1er octobre, qui ne sera célébré qu'à Pékin avec un gigantesque défilé, ont été accompagnés d'un imposant renforcement de la sécurité, dans la capitale et dans les provinces environnantes. Le dispositif doit être encore plus important que pour les jeux Olympiques de 2008, selon les autorités.

source : lepoint.fr

                                                                                                                                                                                       LF
Partager cet article
Repost0
14 septembre 2009 1 14 /09 /septembre /2009 21:06

par Communauté Tibétaine // Actualités 

Des conseillers du président américain Barack Obama ont rencontré le Dalaï Lama, en exil à Dharamsala (Inde), avant son voyage aux Etats-Unis prévu le mois prochain, a annoncé lundi un porte-parole du Dalaï Lama.
 

Valerie Jarrett (centre), et Under Secretary Maria Otero (droit) avec le Dalaï Lama.
September 14, 2009, photo : dalailama.com

 

"La délégation américaine a rencontré le Dalai Lama", a simplement déclaré à l’AFP un porte-parole, Tenzin Taklha, sans fournir de précisions sur les discussions avec les trois conseillers du président américain.

 

Kalon Tripa Samdhong Rinpoche et Valerie Jarrett, premiere conseillere du president Obama, à Dharamsala,
September 13, 2009 Photo : Lobsang Wangyal

 

Il s’agit de la plus haute délégation venue rencontrer le chef spirituel des Tibétains depuis la visite en mars 2008 de la présidente de la Chambre des représentants américains, Nancy Pelosi, après une série d’arrestations au Tibet.

Le Dalaï Lama, qui s’est rendu aux Etats-Unis en mai, espère rencontrer le président Obama lors de son prochain voyage en octobre.

Devenu un symbole pour les opposants au régime chinois, le 14ème Dalaï Lama, âgé de 74 ans, vit en exil en Inde depuis qu’il a fui le Tibet après l’échec d’un soulèvement anti-chinois à Lhassa en 1959.

Les autorités chinoises l’accusent de rechercher l’indépendance du Tibet, ce qu’il récuse.


LF                                                                                         

          
Partager cet article
Repost0
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 20:34

BRATISLAVA, le 9 septembre



Le leader spirituel tibétain, qui oeuvre pour libérer le Tibet de l’emprise chinoise, est arrivé hier dans la capitale slovaque. Ce soir, le Dalai Lama recevra le prix qui lui a été décerné par la Fondation Jan Langos en reconnaissance de son courage dans la défense des droits de l’homme et de ceux des minorités ethniques. Lors de sa visite, le Dalai Lama ne sera reçu par aucun représentant gouvernemental de la République slovaque. Les organisateurs de la Fondation Jan Langos ont invité à la cérémonie officielle de remise du prix tous les représentants gouvernementaux, mais ces derniers n’ont soit pas réagi soit refusé d’y participer. Aujourd’hui, dans la matinée, le leader spirituel tibétain a rencontré les représentants de la Fondation. Au programme du jour figurait également une visite d‘une exposition consacrée à l‘ Himalaya et le Tibet ainsi qu’une réception par le maire de la ville de Bratislava, Andrej Durkovsky. Demain, le Dalai Lama s’envolera pour Prague où il prendra part à la conférence Forum 2000, organisée par son ami tchèque, l’ancien président de la République tchèque, Vaclav Havel. Dharamsala, 9 septembre : Le leader en exil du Tibet, Sa Sainteté le Dalaï Lama vient d'être honoré par la remise du Prix International des Droits de l'Homme dans la capitale slovaque, ce mercredi 9 septembre, pour sa promotion des Droits de l'homme et son leadership dans la lutte tibétaine non-violente pour la liberté.
Cette remise du Prix est le point phare d'une visite de trois jours du Dalaï Lama en Slovaquie.

Ce Prix Jan Langos porte le nom d'un dissident anti-communiste slovaque, et a été décerné au Dalaï Lama par une fondation basée Bratislava et portant aussi le nom de Jan Langos .
La Fondation Jan Langos a annoncé sur son site Web qu'elle a remis ce Prix au leader tibétain âgé de 74ans pour sa "vie entièrement consacrée à la résistance contre le régime oppressif imposé par la Chine."

Après avoir reçu le titre honorifique Jan Langos dans un théâtre de Bratislava, le Dalaï-Lama aurait déclaré qu'il considère ce Prix comme un "nouvel encouragement" pour ses efforts visant à trouver une «solution mutuellement acceptable" pour la Chine et le Tibet.
Parmi les autres récipiendaires de ce titre Langos Jan, il faut citer l'ancien président hongrois Arpad Goncz, qui a été loué pour la promotion de la démocratie alors qu'il travaillait comme un dissident anti-communiste.

Le Dalaï Lama, arrivé mardi en Slovaquie a été reçu par le maire de Bratislava ce mercredi et il est qu'il rencontre des dirigeants de l'opposition et le public. Toutefois, les hauts fonctionnaires du Gouvernement slovaque, dont le Premier ministre Robert Fico et le Président Ivan Gasparovic auraient refusé d'assister à la cérémonie dans l'effort apparent d'éviter toute tracasserie chinoise.
Le Dalaï Lama a également prévu de donner une conférence publique dans un stade de Bratislava, le mercredi après-midi.
Sa prochaine étape, Prague, ,en République Tchèque voisine, où il doit arriver jeudi 10 septembre : il doit assister à une Conférence Internationale sur les Droits de l'homme en Asie, vendredi.
Le Retour en Inde de Sa Sainteté est prévu samedi.

Traduction France-Tibet , le 9/9 /09
source:
Dalai Lama says Slovak human rights award a “new encouragement”
Phayul[Wednesday, September 09, 2009 18:15]
By Phurbu Thinley

                                                                                                                                                                                     LF

Partager cet article
Repost0
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 12:39

Une fois n'est pas coutume, après mon petit coup de g.... , voici le coup de coeur. 

Olivier Adam, photographe qui travaille depuis plusieurs années sur la culture
et le bouddhisme tibetains, nous fait découvrir ses derniers reportages photographiques , "Portraits de l'exil / Une vie en exil" ,
réalisés dans les couvents de nonnes, situés près de Dharamsala.

à découvrir dans la galerie du site 
www.olivieradam.fr 

 

Du même photographe :
Kalachakra  Un Mandala pour la Paix
Préface du Dalaï-lama
Textes de Sofia STRIL-REVER et Matthieu RICARD
Photographies de Manuel BAUER, Matthieu RICARD et Olivier ADAM
Editions de la Martinière


                                                                                                                                                                  LF

Partager cet article
Repost0
28 août 2009 5 28 /08 /août /2009 12:51

Illusion Perdue
(d'après un article paru dans Le Monde en Août)

Le président de la République a mis fin, à l'occasion du remaniement ministériel, à une expérience inédite en Europe : le secrétariat d'Etat français aux droits de l'homme.
"... poste trés difficile et pas extrêmement efficace" s'en est expliqué notre premier ministre.

Le président nouvellement élu adressait le 07 mai un signal très fort à "
tous ceux qui sont persécutés par les tyrannies et les dictatures : le devoir de la France est d'être à leurs côtés"

Au fil des mois, la "realpolitik", les intérêts économiques et les calculs stratégiques ont effacé les élans initiaux de M.Sarkozy.
La suppression du secrétariat met peut-être fin à une contradiction, voire une hypocrisie de l'Elysée, mais en le créant, la France s'était portée en pointe dans la défense, plus urgente que jamais, de droits dont l'universalité est contestée. Le signal envoyé aujourd'hui ressemble à une illusion perdue.


LF :
M. le Président, la Chine n’est-elle pas la plus grande dictature du monde ?
Le peuple Tibétain, ne souffre-t-il pas d'un déni de justice ?
Le Tibet n'est-il pas occupé par la Chine en totale violation du droit international ? Colonisation massive, assimilation, sinisation, répressions brutales, exécutions, femmes et enfants, opprimés, depuis des décennies par les autorités de Pékin sont des faits vérifiés.
De nombreux Tibétains ont péri, périssent, pour oser revendiquer leur grande légitimité, la liberté d’expression, de culture, de langue, …
Combien de morts encore faudra-t-il pour adopter et faire entendre une position ferme de la France à l’égard de la chine ?


Alors à leurs côtés...
 
TIBET SOLIDARITE 29

Une Association Loi 1901, fondée en février 2009 à BREST (Finistère) qui a pour objectif d’agir à la pointe de la Bretagne afin : de soutenir et d’aider le peuple tibétain dans ses efforts à survivre, à sauvegarder son identité nationale, culturelle et religieuse et à faire valoir ses droits à l’autodétermination. D’œuvrer par des moyens pacifiques pour obtenir le respect des droits de l’homme à l’égard du peuple tibétain. De sensibiliser l’opinion publique à la nécessité urgente de sauvegarder et restaurer le patrimoine culturel du TIBET. D’initier et de soutenir des projets éducatifs, culturels, de coopération ou développement, en relation avec son objet social,


L’association souscrit sans réserve aux principes
de la déclaration universelle des droits de l’Homme,
de la Démocratie et de la non-violence.

 

                                                                                                                                    LF
Partager cet article
Repost0
23 août 2009 7 23 /08 /août /2009 11:02

Newsletter
Août 2009 par    claude.levenson@gmail.com                                                                       

 

 

Si d’aventure quiconque en doutait, les actuels locataires de la Cité interdite n’ont guère l’intention de changer quoi que ce soit à leur politique envers les ‘minorités’, et surtout pas à l’égard des Tibétains pas plus d’ailleurs qu’envers les Ouïghours. Pour les Mongols et les Mandchous, c’est déjà vraisemblablement un peu tard, et toujours dans une même indifférence internationale qui donne à réfléchir. Le récent voyage européen du Dalaï-lama – Pologne, Allemagne et Suisse – est révélateur à ce propos, non pas qu’il ait été très différent des précédents, même si certains aspects en disent plus long qu’il n’y paraît de prime abord, mais parce que du côté de Pékin, le ton est encore monté jusqu’à devenir comminatoire.


Bien sûr, les fidèles étaient au rendez-vous, les enseignements et conférences ont été suivis avec une attention soutenue, les échanges avec le public empreints à la fois de bonne humeur et de bon sens, les Tibétains accourus des alentours pour s’incliner devant leur chef spirituel et temporel. Ce qui a pu peut-être attirer l’attention d’un oeil un tant soit peu scrutateur, c’est parfois la frivolité de plusieurs articles de presse, une connaissance approximative du sujet abordé et la tonalité souvent agressive de certains intervenants. L’étonnement aussi de percevoir assez nettement dans quelques propos l’écho marqué de la propagande officielle chinoise. Certes, nul n’ignore l’offensive, de propagande justement, lancée récemment à grand fracas par les responsables dudit Bureau tous azimuts et en de multiples langues – rien de surprenant là, après tout c’est leur boulot. Mais qu’aujourd’hui encore –à nouveau ? – d’aucuns, journalistes ou autres, se laissent si aisément piéger, voilà qui ne manque pas de surprendre.


Il est de notoriété publique (pour reprendre une expression qu’affectionne particulièrement la propagande chinoise) depuis belle lurette que les dirigeants chinois n’aiment pas que le Dalaï-lama se déplace peu ou prou à sa guise, et à chacun de ses voyages où que ce soit, lorsque Pékin ne réussit pas à bloquer visas ou invitations toujours jugés malintentionnés, la machine se met en marche comme s’il suffisait d’appuyer sur un bouton pour entendre la même rengaine.

Cette fois cependant, le tir de barrage a été plus violent que de coutume, avertissant péremptoirement, par exemple le 3 août à la suite de l’escale à Varsovie (chinatibet.people.com.cn) que " les activités d’instigation au séparatisme en Chine doivent cesser ". Vous m’en direz tant sur le sacro-saint principe de non-ingérence dans les affaires d’autrui, dont Pékin ne cesse de se gargariser à la moindre occasion.


Le lendemain, le Quotidien du peuple en ligne (version française originale) récidivait encore plus explicitement. Sous le titre " La Suisse officielle ignore le Dalaï-lama ", Zhao Guojun, " spécialiste des problèmes internationaux " expliquait : " Autrefois, la Suisse n’a pratiquement aucune influence sur la stratégie politique internationale, c’est pourquoi elle osait provoquer la Chine en recevant officiellement le Dalaï-lama. Cette fois-ci la Suisse officielle décide de l’ignorer et la raison c’est qu’elle constate que la Chine occupe une place de plus en plus importante dans l’environnement mondial actuel et qu’elle doit prendre en considération sa coopération avec celle-ci, ce afin de pouvoir préserver ses intérêts d’Etat et surtout protéger ses intérêts économiques et commerciaux (…) D’autre part, la violente protestation diplomatique du gouvernement chinois (après les incidents d’Ouroumchi) a produit un certain effet sur les autres pays. " Illustration involontaire du vieil adage chinois " effaroucher les poules pour faire peur aux singes " ? Allez savoir…


Il n’empêche, le ton est encore monté pour stigmatiser la rencontre à Genève, sous l’égide d’une respectable ONG, le Mouvement international pour la réconciliation, et de l’Association d’amitié Suisse-Tibet, d’intellectuels

tibétains et chinois dans le but avoué d’explorer ensemble des ouvertures afin de préserver l’avenir. Certes, le chemin est encore long jusqu’à jeter des ponts, mais l’histoire enseigne qu’il faut bien commencer un jour, quitte à nourrir une infinie patience : quelques cartes en main, ou quelques oreilles réellement attentives, permettent à l’espoir de durer. Et dans le contexte de blocage actuel dû à l’intransigeance des dirigeants chinois, force est de miser sur l’avenir.


D’aucuns font grief au Dalaï-lama de l’échec, qu’il admet lui-même, de sa volonté de dialogue pour parvenir à une solution négociée, viable pour les deux peuples que la géographie a placés dans un voisinage commun. Lui est allé aussi loin qu’il le pouvait dans les concessions, et il est parfaitement conscient de la volonté profonde de son peuple qui aspire au respect de son droit inaliénable à l’autodétermination, à la liberté. Dans ces conditions, plutôt que de lui imputer l’échec de cette tentative non violente de sortir de l’impasse, ne serait-ce pas plutôt grand temps de reconnaître que c’est un signe sans équivoque de la faillite du système de société contemporaine et des règles dont elle s’est dotée dans le sillage de la Seconde guerre mondiale et que chaque dictature bafoue à sa convenance ? A y réfléchir à deux fois, sans attendre un miracle, plus que jamais il s’avère nécessaire de faire pièce au mensonge, de résister sans oublier que ma liberté dépend aussi de celle d’autrui.

   

                                                                                                                                        LF

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Comité de Soutien au Peuple Tibétain (29)
  • : Parce qu'il est urgent d'agir pour: le peuple tibétain,la richesse de sa culture, les enseignements exceptionnels véhiculés par de grands érudits,les messages d'humanité de sagesse et de compassion,le symbole de paix suscité à travers le monde. Quelques volontaires ont décidé de créer un Comité de Soutien au Peuple Tibétain" (Dpt 29) appelé Tibet Solidarité 29
  • Contact

Recherche