Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 janvier 2009 7 11 /01 /janvier /2009 17:22
Tibet : « Si la Chine s’obstine... »
Nouvel OBS

vendredi 2 janvier 2009


Le dalaï-lama reste fidèle à sa « voie médiane » - l’autonomie du Tibet -, mais si Pékin continue à faire la sourde oreille, les Tibétains pourraient revendiquer l’indépendance


Le Nouvel Observateur.
- Vous êtes parmi les rares Tibétains qui osent « désobéir » au dalaï-lama en réclamant l’indépendance. Mais vous venez de signer une déclaration commune qui reprend les thèses du dalaï-lama. Que s’est- il passé ?


Tenzin Tsundue.
- En réalité, cette réunion s’est conclue par un changement profond, fruit d’un dialogue interne intensif mené dans un cadre totalement démocratique. Le résultat, c’est que, pour la première fois depuis trente ans, l’indépendance est expressément mentionnée comme objectif possible de notre combat. La résolution finale réaffirme pour l’instant la politique du dalaï-lama, la fameuse voie médiane, et sa demande d’autonomie. Mais elle avertit qu’à court terme, si la Chine continue à faire la sourde oreille, nous passerons à la revendication de l’indépendance ou du droit à l’autodétermination.


N. O.
- Le dalaï-lama est d’accord avec cette vision ?


Tenzin Tsundue.
- Sa Sainteté a déclaré que la voie médiane avait failli. Il s’était fondé sur sa conviction que les responsables chinois étaient aussi des êtres humains capables de se mettre autour d’une table pour discuter. Mais il a eu beau persister pendant des années à rechercher un compromis, à maintenir le dialogue envers et contre tout, ce dialogue, malgré cet effort sincère pour humaniser les rapports, n’a pas abouti. Sa Sainteté reconnaît maintenant que la Chine ne joue pas le jeu. Elle continue de croire qu’une solution mutuellement favorable existe, mais l’intransigeance chinoise la contraint à modifier sa position.


N.O
. - C’est donc une défaite de la realpolitik du dalaï-lama ?


Tenzin Tsundue.
- Ecoutez, la demande d’autonomie est tout sauf réaliste. Aucune formule d’autonomie ne peut garantir la survie de la nation tibétaine, de sa culture et de sa religion. S’il reste intégré à la Chine, le Tibet disparaîtra à brève échéance, comme a disparu la Mongolie-Intérieure. Cette option est tout aussi irréaliste du point de vue chinois. Admettons qu’on obtienne par miracle l’autonomie et le retour des exilés. Même si Sa Sainteté ne réclame pas l’indépendance, où est la garantie que la demande ne ressurgira pas à l’avenir ? Et puis il y a le facteur dalaï-lama : à l’instant même où il posera le pied à Lhassa, tous les Tibétains seront là pour l’accueillir, et ce sera la révolution. Que peut faire la Chine ? Tuer tous les Tibétains ? Les mettre tous sous les verrous ? C’est une situation impossible qu’elle se gardera bien de créer. Il n’y a donc aucun réalisme à « se contenter » de l’autonomie, parce que l’autonomie n’est pas faisable.


N. O.
- Et l’indépendance, est- elle réaliste ?


Tenzin Tsundue.
- Oui, si on la replace dans le cadre des problèmes colossaux qui se posent aux Chinois : récession, musellement de la presse, absence de démocratie, répression des Falungong, indépendantisme des Ouïgours, des Mongols... Il y a des Chinois qui se battent contre l’alliance du pouvoir avec un capitalisme mondial qui a réduit leur peuple à la situation de main-d’oeuvre bon marché tout juste bonne à accomplir le « sale travail » de la planète. Nous avons des contacts avec ces militants, et je suis sûr qu’ils vont apporter un changement profond. Quand le miroir artificiel de gloriole - façon JO 2008 - construit par le régime se fissurera, les Chinois mettront en question tout ce qu’on leur a appris sur leur pays, et ils pourront comprendre la demande des Tibétains.


N. O.
- Pensez-vous qu’il y aura une lutte armée pour l’indépendance du Tibet ?


Tenzin Tsundue
. - La réponse est non. Quelle meilleure excuse pour recourir à la violence que d’accuser ses victimes de terrorisme ? Les Chinois me traitent de terroriste parce que je vais crier « Tibet libre » devant leurs leaders. Mais je n’ai jamais levé la main, ni proféré d’injure. Jamais je ne le ferai. Nous sommes bouddhistes. Pour nous, la non-violence n’est pas une stratégie, c’est notre principe vital, notre foi. Il n’y aura jamais d’organisation tibétaine basée sur la violence. Quel que soit le niveau de violence que la Chine utilisera, nous le supporterons comme le font en ce moment les milliers de Tibétains qui croupissent en prison depuis les événements de mars. Je suis pour ma part prêt à mourir pour la liberté du Tibet, mais je ne suis pas prêt à insulter les Chinois ni à leur nuire.


Figure de proue des jeunes indépendantistes tibétains, Tenzin Tsundue est né en Inde il y a 32 ans dans une famille qui avait fui devant les troupes de Mao. Emprisonné et torturé à 20 ans pour être rentré au pays clandestinement, puis expulsé, il vit aujourd’hui à Dharamsala, où il milite. Sa spécialité  : brandir acrobatiquement le drapeau tibétain au nez des leaders chinois en visite officielle.


Ursula Gauthier
Le Nouvel Observateur

                                                                                                                                                                                                LF

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Comité de Soutien au Peuple Tibétain (29)
  • : Parce qu'il est urgent d'agir pour: le peuple tibétain,la richesse de sa culture, les enseignements exceptionnels véhiculés par de grands érudits,les messages d'humanité de sagesse et de compassion,le symbole de paix suscité à travers le monde. Quelques volontaires ont décidé de créer un Comité de Soutien au Peuple Tibétain" (Dpt 29) appelé Tibet Solidarité 29
  • Contact

Recherche